Sélectionner une page

La piste Hô Chi Minh : l’atout décisif pour gagner la guerre du Vietnam

La piste Hô Chi Minh : l’atout décisif pour gagner la guerre du Vietnam

Pendant près de vingt années, entre 1955 et 1975, la guerre du Vietnam a opposé le Nord Vietnam et le Sud Vietnam. Durant le conflit, le Nord Vietnam pouvait compter sur de nombreux partisans précédemment implantés au Sud Vietnam. Pour pouvoir les ravitailler, les instances dirigeantes du Nord Vietnam vont imaginer et mettre en œuvre un important réseau de voies de circulation : la piste Hô Chi Minh. 🌴🚚⛰️

Mai 1959 : la piste Hô Chi Minh voit le jour

En juillet 1954, les accords de Genève viennent mettre un terme à la guerre d’Indochine qui a opposé pendant près de huit années la France et le Vietnam. La guerre s’achève avec la victoire des troupes vietnamiennes : ce sera la fin de la présence française au Vietnam.

À l’issue des accords de Genève, le Vietnam est divisé en deux parties. La partie nord du pays est octroyée à la République démocratique du Vietnam (Nord Vietnam), régime communiste alors dirigé par Hô Chi Minh [Hồ Chí Minh]. La partie sud du pays est attribuée à la République du Vietnam (Sud Vietnam), opposée au communisme.

C’est dans ce contexte d’opposition qu’éclatera la guerre du Vietnam le 1er novembre 1955, notamment sous l’impulsion de Hô Chi Minh qui souhaite voir le Vietnam réunifié. La guerre du Vietnam s’achèvera le 30 avril 1975, journée au cours de laquelle les chars de l’armée Nord Vietnamienne entreront dans Saïgon (Sud Vietnam).

Pendant le conflit, Hô Chi Minh souhaitera créer un réseau visant à ravitailler (en matériel et nourriture) ses alliés implantés dans la partie Sud du pays et rassemblés au sein du Front national de libération du Sud Vietnam. C’est ainsi que la piste Hô Chi Minh [Đường Trường Sơn] verra le jour en mai 1959. Elle tire son nom de la chaîne de Truong Son [Dãy Trường Sơn], une chaîne de montagnes longue d’environ 1.100 kilomètres qui constitue la frontière naturelle entre le Vietnam et deux de ses pays voisins : le Laos et le Cambodge.

Piste Hô Chi Minh - Voie terrestre
Piste Hô Chi Minh - Voie maritime

Un réseau complet de voies de circulation

La piste Hô Chi Minh n’est pas une simple et unique route, mais un réseau complet de voies de circulation composé de 20.000 kilomètres de routes carrossables et de 3.000 kilomètres de chemins rudimentaires (sentiers).

À l’exception des points de départ et de quelques dizaines de kilomètres situés au Nord Vietnam, la majeure partie de ces voies de circulation se situe en territoire laotien et cambodgien, pour ensuite revenir discrètement au Sud Vietnam afin de ravitailler les unités combattantes du Front national de libération du Sud Vietnam (allié du Nord Vietnam) et dont les membres étaient appelés Viet Cong [Việt Cộng].

À noter qu’à partir du 23 octobre 1961, la piste « terrestre » a été complétée par une voie maritime dont le point de départ était le port du quartier de Do Son [Quận Đồ Sơn], appartenant à la ville de Hai Phong [Thành phố Hải Phòng], à proximité de la baie d’Halong [Vịnh Hạ Long].

Entre 1959 et 1975, la piste Hô Chi Minh (et sa composante maritime à partir de 1961) a permis le transport de milliers de tonnes d’armes, de marchandises, de médicaments et de soldats… jouant un rôle crucial dans la victoire Nord Vietnamienne qui aboutira à la réunification du pays, laquelle sera officiellement proclamée le 02 juillet 1976.

Bicyclettes renforcées, camions poids lourd et bateaux non-immatriculés

Durant les premières années (jusqu’en 1965), le transport de marchandises s’est fait par portage ou au moyen de bicyclettes renforcées capables de supporter jusqu’à 250 kilogrammes de matériels et poussées par des civils, hommes et femmes. La majeure partie du transport a ensuite été effectuée par des camions pouvant embarquer de 2 à 3 tonnes de marchandises. Il s’agissait de camions capturés à l’adversaire pendant le conflit, d’anciens camions ayant servi pendant la guerre d’Indochine, mais également de véhicules provenant de Chine, régime communiste soutien du Nord Vietnam.

Du côté de la voie maritime, les transports vers le Sud Vietnam étaient assurés par des navires « maquillés » pour tromper l’ennemi, portant pavillon de la République du Vietnam (Sud Vietnam) et dotés d’une immatriculation qui changeait régulièrement, d’où le nom de « bateaux non immatriculés » qui leur avait été donné.

Frappes ennemies

Bien évidemment, la République du Vietnam (Sud Vietnam) associée aux troupes américaines (qui ont pris part au conflit entre août 1964 et janvier 1973) ont tenté d’empêcher la République démocratique du Vietnam (Nord Vietnam) de ravitailler ses unités alliées du Front national de libération du Sud Vietnam.

La piste Hô Chi Minh a ainsi fait l’objet de multiples attaques terrestres et de nombreux bombardements, ainsi que d’un épandage massif d’agent orange, un défoliant (herbicide) toxique visant à détruire la végétation dense sous laquelle les convois se camouflaient.

Les bateaux de la voie maritime ont quant à eux également subi des bombardements aériens et des attaques de la part de navires de combat.

Malgré les frappes ennemies, la piste Hô Chi Minh demeurera pleinement active et jouera un rôle clé dans la victoire du Nord Vietnam. Les services de renseignements américains (National Security Agency – NSA) ont d’ailleurs reconnu l’efficacité de la piste en qualifiant cette dernière comme « l’une des grandes réalisations en génie militaire du 20ème siècle ».

Image d’illustration : Piste Hô Chi Minh par PBS LearningMedia

A propos de l'auteur

ĐI VIỆT NAM [VOYAGER AU VIETNAM]

ĐI VIỆT NAM [VOYAGER AU VIETNAM] est un média d’information en langue française dédié à la culture vietnamienne, à l'histoire du Vietnam et à son actualité touristique. ĐI VIỆT NAM [VOYAGER AU VIETNAM] n'est pas une agence de voyage et ne propose donc pas de circuits touristiques au Vietnam.

Partager

Partagez cet article avec vos amis !